Arizona dream #mecredicinéma

Parce que le cinéma, ce n’est pas que ces dizaines, voir centaines de films qui sortent en salle tous les mercredis de l’année, c’est surtout des films et des réalisateurs qui ont marqué les esprits par leur art. J’ai donc décidé de vous parler de ces films, qui ont marqué leur époque et surtout qui m’ont marqué. Je commence par celui ci Arizona Dream d’Emir Kusturica sorti en France en 1993.

arizona-dream-4823-250-400

Mon film préféré. Oui, il n’y en a qu’un et c’est celui-ci.
J’aime les films, beaucoup de films, mais celui-ci, c’est le seul film que je peux nommer comme étant mon film préféré. Et ça fait plus de 20 ans que ça dure… J’avais à peine 10 ans quand j’ai découvert ce film.

Au fil des années, je l’ai regardé avec un regard différent, une vision qui évoluait au fur et à mesure… Normal vous me direz, j’étais un peu jeune lorsque j’ai vu ce film pour la première fois, et j’avais été subjugué par les rêves du héro, plus que par les histoires d’amour qui liaient les personnages…^^

Ce film est magique, envoutant, triste et humain, passionnant et délirant.

Un film poétiquement surréaliste.
Vous l’aurez compris, ce film m’a tellement subjugué, que j’ai du mal à employer des mots tempérés.

Je vais essayer de vous donner envie de voir ce bijoux cinématographique.

arizona dream 3L’histoire est assez simple. C’est l’histoire d’un jeune homme, Axel Blackmar, joué par Johnny Depp, qui travaille à New-York. Il est orphelin et c’est son oncle Léo, joué par l’illustre Jerry Lewis qui l’a élevé dans l’Arizona. Léo va se marier avec une très jeune femme. Il propose alors à Axel d’être son témoin et lui demande de revenir pour l’occasion là où il a grandit. Axel ramené un peu contre son gré par son ami Paul Léger, joué par Vincent Gallo, aide son oncle et se met à vendre les Cadillacs de sa concession. C’est après une scène irrésistible ou Axel Blackmar s’entraine à parler devant un miroir, qu’il rencontre la magistrale Elaine, jouée par Faye Dunaway, et sa belle fille, jouée par Lili Taylor. De là, un triangle amoureux va se profiler au grès de rêves délirants et de scènes de films mémorables (Raging Bull, La mort au trousse, Le Parrain 2…). Chaque personnage ne permettant pas à l’autre de pénétrer dans ses rêves, une atmosphère mélancolique et rêveuse plane sur chacun d’eux. Un drame onirique à la hauteur de ses acteurs.

arizona dream 6

Les gros plus : l’univers d’Emir Kusturica, le jeu impeccable de Johnny Deep, la folie de Faye Dunaway, Jerry Lewis, Vincent Gallo, (oui, ok, en gros tous les acteurs…)
Et surtout la magnifique BO de ce film, réalisée par Goran Bregovic et Iggy Pop, j’en redemande (vous l’aurez compris c’est également ma BO de film préférée !) «fish is mute… »

arizona dream 5
Titre original : Arizona Dream
Réalisation : Emir Kusturica
Dates de sortie : 6 janvier 1993 (France), 9 septembre 1994 (États-Unis)
Genre : Drame. Durée : 142 minutes
Avec : Johnny Depp, dans le rôle d’Axel Blackmar, Jerry Lewis, dans le rôle de Leo Sweetie, Faye Dunaway, dans le rôle d’Elaine Stalker, Lili Taylor, dans le rôle de Grace Stalker, Vincent Gallo, dans le rôle de Paul Leger, Emir Kusturica dans le rôle du client du bar…

Le trailer sorti en 1993 (avec les polices et le montage qui datent… so old school)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s